AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La famille c'est beau mais de loin [PV Rome]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
South Italy/Lovina Vargas
High, Chambre 3
avatar


Carte étudiante
Punitions:
0/0  (0/0)

MessageSujet: La famille c'est beau mais de loin [PV Rome]   Sam 10 Oct - 23:06

19 Mars 2007

Cela faisait à peine quelques minutes que la sud italienne était arrivée à l’Académie après un voyage en avion depuis son Italie natale jusqu'à New York. Ah New York, ville de spectacles. Elle rêvait d'y aller mais quand elle aurait été plus grande et pas devoir y aller à tout jute 10 ans. Tout restait nouveau pour elle.

Son regard se posa à gauche puis à droite. Des statues de lions à l’entrée de l’établissement qui semblait être tout droit sorti d'un livre. Une valise de chaque coté de son petit corps encore frêle. Après un instant a observer les environs, Lovina reprit ses valises et les tira derrière elle. Ses valises rempli de vêtements bien qu'elle ne su lesquels prendre, deux paires de chaussures, quelques photos de familles avec ses parents et le reste de sa fratrie ainsi que d'autres objets dont une mandoline. Elle aurait voulu laisser son instrument de musique sauf que sa mère avait insister et de son cote elle avait fini par céder. 

Un petit bâillement s’échappa de ses lèvres montrant sa fatigue. Elle n'avait pas réussi à fermer l’œil durant son voyage à cause de ses appréhensions. Et ces dernières venaient de refaire surface.

Allait elle y arriver ? Pourquoi a t elle été choisie au lieu d'une autre personne ? Quels futurs représentants étaient déjà présents ? Allait elle bien s'entendre avec eux ? Qui allait être ses camarades de chambre ? Allez on arrête d'y penser et on respire un grand coup. 

Lovina avança dans les couloirs après avoir lâcher un grand 'Whaaaa' face à l’intérieur du bâtiment. Elle croyait rêver sur le moment et se pinça rapidement l'avant bras afin de vérifier si elle était réveillée ou endormie. Une sensation de douleur s'empara de l'endroit quelle venait de pincer. Donc elle était bel et bien éveillée.

Après quelques pas elle lâcha ses bagages pour passer une main dans sa poches et sortir la lettre reçue deux jours auparavant et la convoquant ici. La parcourant de nouveau, elle lu qu'elle devait se présenter au bureau du directeur. Sans la moindre indication, elle monta les escaliers tant bien que mal avant de prendre le couloir de droite. Son regard se posa sur chaque porte devant lesquels elle passa en espérant trouver marqué sur l'une d'elles l’inscription 'Directeur'.

En arrivant à mi chemin du couloir, elle croisa une jeune femme qu'elle mit rapidement dans la case 'prof'. Elle lui montra sa feuille en prenant un air interrogateur. Mieux valait cela plutôt qu'elle écorche tous les mots avec la possibilité d’être incomprise. La jeune femme lui donna quelques indications qui la menait dans un autre coin de l’Académie. Lâchant un soupir, l'italienne fit volte face en essayant de se souvenir des instructions. Elle monta encore d'un étage avant d'aller à gauche et … impossible de trouver le bureau. 

Ok c'est bien beau mais il est où ce fichu bureau ?! 

L’établissement était encore pire qu'une gare ou un aéroport où l'on passe pour la première fois et que l'on cherche partout sa correspondance sans y parvenir.

Exaspérée, elle décida de tenter sa chance de l'autre cote de l’étage. Comme pour dire que sa journée riche en émotions était loin d’être terminée elle senti son corps heurter ce qui ressemblait à un mur. Elle laissa échapper un juron dans sa langue natale avant de relever la tête. Les sourcils froncés elle pu voir un homme nettement plus grand qu'elle et surtout un visage familier. Très familier.

Lovina fit un pas en arrière afin de mieux détailler la personne qui se trouvait devant elle. Des cheveux bruns un peu en bataille avec notamment deux mèches qui ressortent ainsi que des yeux bruns ambrés. Elle écarquilla les yeux, une seconde puis deux avant de secouer la tête. Non elle devait se tromper, la personne qu'elle voyait ne pouvait pas être celle qu'elle n'avait pas recroiser durant les cinq dernières années. Des fines larmes se formèrent tandis qu'elle marmonna qu'un seul mot en forme de question

" N... Nonno ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rome / Remus Vargas
Professeur d'Histoire
avatar


Carte étudiante
Punitions:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: La famille c'est beau mais de loin [PV Rome]   Dim 11 Oct - 18:13

19 mars 2007

Le vieux professeur d'Histoire laissa échapper un soupire.

Cela faisait maintenant plusieurs années qu'il avait quitté la ville aux sept collines ainsi que son beau pays nommé Italie pour venir travailler à l'Académie, à New York. Certes, c'est lui qui avait pris cette décision, à cause de quelques problèmes financiers et d'un ami qui lui avait raconté que les Américaines étaient les plus belles femmes du monde, mais il arrivait souvent à Remus d'avoir un peu le mal du pays. Et quel charlatan, ce pote. Les Italiennes sont bien mieux.

Quoi qu'il en soit, le latin était à nouveau dans l'Académie où il avait passé une grande partie de son enfance. Elle n'avait pas beaucoup changé. Toujours ces salles de classe avec leurs profs ennuyeux et leurs élèves indisciplinés, ces lions en pierre sans vie gardant l'entrée, ce psychologue étrange et ce directeur mystérieux. Et la machine à café toujours en panne. Tout cela était devenu la routine pour Remus et il commençait à se lasser.

Mais c'était sans compter sur les dieux et leur sens de l'humour bien particulier. Cette journée allait être l'une des plus belles du latin dans cette fichue académie, mais elle annoncerait aussi une multitude d'ennuis dans plusieurs années. Comme un espagnol un peu trop collant.

Nouveau soupire de la part du latin, comme s'il savait au fond de lui qu'il n'était pas sorti de cette galère. Il frappa du poing sur cette stupide imprimante qui venait de faire une trainée noirâtre sur ses futurs sujets de contrôle. Génial! Je vais devoir tout recommencer. Et en plus ya plus de papier! marmonna le latin dans son for intérieur avant de sortir dans le couloir, direction la salle commune des élèves pour leur voler un peu de café. Enfin, c'est pas du vol, vu qu'il paie cette abomination aussi chère qu'eux.

Soudain, quelque chose se cogna contre l'une de ses jambes. Agacé et croyant qu'il s'agissait encore de l'un des chats errant recueilli par le représentant de la Grèce, le latin baissa ses prunelles ambrées sur la petite chose fragile qui venait d'arriver.

C'était une adorable fillette, elle se recula pour mieux l'observer et le professeur en profita pour en faire de même. Sans doute une nouvelle élève. De jolies joues bien rondes, des yeux verts remplis de larmes, une mèche brune rebelle rappellant les siennes. Puis vint cet unique mot en italien. Une question dont elle connaissait la réponse, au fond.

« N... Nonno ? »

Le romain regarda la petite fille -sa petite-fille- devant lui quelques secondes, autant sous le choc que cette dernière et fronçant légèrement les sourcils le temps que l'information lui monte au cerveau. Puis un grand sourire se dessina pour illuminer son visage. Abandonnant l'anglais, il passa à l'italien pour clamer haut et fort sa joie. Et accessoirement pour que l'enfant le comprenne.

« Ma petite Lovina!! C'est bien toi !? » s'exclama Remus avant de soulever l'italienne pour la prendre dans ses bras et la serrer contre lui. « Qu'est-ce que je suis content de te revoir! Comme tu as grandi! Avant tu ne m'arrivais même pas au genou! »

Et sans lui laisser le choix, il déposa deux trois bisous sur la joue italienne. Autant en profiter avant qu'elle entre dans une colère aussi dévastatrice que l'éruption du Vésuve et qu'elle repousse ses quelques marques d'affection dans une flopée d'insultes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
South Italy/Lovina Vargas
High, Chambre 3
avatar


Carte étudiante
Punitions:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: La famille c'est beau mais de loin [PV Rome]   Mar 13 Oct - 13:00

L'italienne sentit le regard de l'adulte se poser sur elle, la dévisageant de haut en bas. Elle commençait à craindre qu'elle ne se soit trompée. Qu'elle est confondu l'homme en face d'elle avec les quelques bribes de souvenirs de son aïeul. Elle s’apprêta à essuyer les larmes qui se formaient encore lorsque ses craintes d'erreurs sur la personne s’envolèrent avec une simple phrase.

" Ma petite Lovina!! C'est bien toi !? "

Non elle n'avait pas pu se tromper. Un inconnu n'aurait pas pu connaitre son prénom et encore moins lui répondre aussi aisément en italien. D'un geste elle fini par essuyer ses larmes et si on lui demandait si elle allait pleurer de joie elle rappliquerait que non qu'elle avait seulement une poussière dans l’œil. Une fois cela fait, elle lâcha en tentant de garder une voix neutre afin de dissimuler tout ce qu'elle ressentait.

" Nan c'est pas moi, c'est Santa Lucia !"

Certes, elle aurait bien pu faire référence à 'Babbo Natale' ou à 'Gesù Bambino' comme lorsqu'elle était plus jeune. Mais depuis la séparation de ses parents et le déménagement de sa mère dans le sud, elle avait fini par adopter Sainte Lucie comme personnage lié aux fêtes de Noël.

D'un coup eux bras la soulevèrent de quelques centimètres du sol avant de se retrouver une nouvelle fois contre son grand-père. Son corps se tendit sur le moment. La ritale n'appréciait guère tout ce qui ressemblait de près ou de loin à des marques d'affection d'autant s'il s'agit de contacts physiques.

" Qu'est-ce que je suis content de te revoir! Comme tu as grandi! Avant tu ne m'arrivais même pas au genou! "

Fallait il que l’italienne lui rappelle depuis combien de temps ils ne s’étaient plus vu et que par conséquent elle avait forcement grandi ? Probablement. Et c’est bien ce qu’elle comptait faire avant de se faire assaillir par quelques bisous sur sa joue. Une horreur. Et là elle n’allait certainement pas se gêner pour laisser s’exprimer son caractère des plus volcanique. Cela débuta lorsqu’elle se débâtit sans y mettre trop de force au départ. Puis en y mettant un brin plus d’efforts. Sans parler de son ton pseudo autoritaire.

" C’est bon j'ai capté, j'suis plus grande alors lâche moi maintenant merde ! J’suis plus une gamine ! "

Oh que si s’en était toujours une ! Lovina avait tout juste dix ans égale aussi bien physiquement que mentalement elle demeurait une enfant bientôt aux portes de l'adolescence.

Le choc des retrouvailles passé son visage se durcit petit à petit en revêtant cette moue colérique habituelle. Tout ce qui comptait à présent était de retrouver la terre ferme. Mais également de régler certains comptes avec lui et cela passait par une série de questions.

" Et ... Et d'abord pourquoi tu t'es cassé toi et aussi ? Et où t’étais passé toutes ses années au lieu d'venir nous voir mamma, Feli, Seb et moi hein ?!"

Lovina remontée à bloc contre le romain ? À peine. Il faut dire que la disparition de ce dernier durant des années survenu à un moment critique pour le reste de la famille avait laissé des séquelles chez la miss. Et inutile de dire que son caractère n'en a pas pris un coup aussi. De cette époque elle s'est forgé une carapace pour mieux se protéger des éventuelles déceptions. Comme celle qu'elle risquait de vivre dans les secondes à venir selon les réponses qui lui seront données par son grand-père.

" T'as intérêt à m'donner une bonne réponse bordel ! "

Une pseudo insulte ou la première phase de son moyen de défense contre les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rome / Remus Vargas
Professeur d'Histoire
avatar


Carte étudiante
Punitions:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: La famille c'est beau mais de loin [PV Rome]   Mer 14 Oct - 22:04

Santa Lucia ? Quel surnom étrange! Papy Rome avait quand même de solides bases en latin et il fit rapidement le rapprochement entre le prénom Lucia et lux, lucis, la lumière. C'est vrai que Lovina était éblouissante, un vrai rayon de soleil... Ou alors c'était tout simplement de l'ironie. Le romain n'eut pas le temps de philosopher sur Santa Lucia plus longtemps, il devait se concentrer sur le débit de parole italien qui était aussi rapide que le sien.

« C’est bon j'ai capté, j'suis plus grande alors lâche moi maintenant merde ! J’suis plus une gamine ! »

Ce qui était rassurant dans cette histoire, c'était que la petite Lovina n'avait pas changé. Enfin, elle avait bien grandi, ses cheveux bruns étaient un peu plus long, mais elle avait toujours cet adorable visage. Et son caractère fort et déterminé. Pour ne pas dire violent et vulgaire. Mais ça ne l'empêchait pas d'être si mignonne ♥

« Et ... Et d'abord pourquoi tu t'es cassé toi et aussi ? Et où t’étais passé toutes ses années au lieu d'venir nous voir mamma, Feli, Seb et moi hein ?! »

Le sourire du latin s'effaça en entendant la question de l'italienne. Pourquoi fallait-il parler des sujets sensibles dès maintenant ? Remus avait imaginé des retrouvailles heureuses, avec des rires, de la bonne humeur et tout ça autour d'une bonne glace! C'est donc en soupirant et pour éviter les coups se faisant de plus en plus violent qu'il reposa sa petite-fille par terre. 

« T'as intérêt à m'donner une bonne réponse bordel !

- Bordel ? Ce n'est pas un joli mot dans la bouche d'une fillette aussi mignonne que toi! »

Une bonne réponse ? Comme c'est beau l'innocence d'une petite fille. Il n'y a pas de bonne réponse à ce genre de question. Le romain avait donc le choix entre deux possibilités. La première étant un mensonge qui fait plaisir à entendre, la seconde étant une vérité blessante. Mais au moins, c'est la vérité. La latin prit la seconde option, pensant que c'est cette dernière qui se rapprochait le plus de la bonne réponse attendue par Lovina. Tout en évitant de trop entrer dans le sujet, elle reste une enfant.

« C'est compliqué, mon petit poussin. Ce sont des histoires d'adultes, pas très intéressantes pour les enfants. J'étais ici, à l'Académie. Avec des problèmes d'argent, un travail très ennuyant et très chronophage. » il fit une petite pause dans sa tirade pour lui expliquer ce mot compliqué de plus de deux syllabes « Chronophage, ça veut dire que ça prend beaucoup de temps. Du temps que je n'ai pas put utiliser pour rentrer à la maison... »

Il s'arrêta à nouveau, histoire d'analyser le visage de l'italienne pour savoir si la réponse lui plaisait ou non. Puis il ajouta, comme pour se défendre un peu plus:

« Je vous ai envoyé des lettres et des petits cadeaux aussi, pour Noel et vos anniversaires! »

Le travail à l'Académie n'était pas payé bien cher, mais comme il était nourri et logé en échange, il pouvait également se permettre d'envoyer régulièrement un peu d'argent à sa fille et à ses petits-enfants. Mais ces choses-là devait rester entre adultes. Hors de question de mettre les enfants au courant, sauf quand ils seront un peu plus vieux. Vers leurs 45 ans peut-être.

Le latin osa ensuite tendre une main vers la petite brune pour lui caresser affectueusement la tête. Pas de gestes brusques ou violents pour ne pas énerver Lovina. Du moins, c'est ce qu'il espérait.

« Et puis ce n'est pas parce que je n'étais pas là que je vous ai oublié et que je ne vous aime plus. Vous êtes ma famille et il n'y a rien de plus important pour moi. »

Même le vin, les jolies femmes et la baston passent après la famiglia! Et pensant que cette phrase mielleuse à souhait allait calmer le volcan Lovina, le latin lui adressa un tendre sourire, tout en continuant de lui caresser la tête avec amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
South Italy/Lovina Vargas
High, Chambre 3
avatar


Carte étudiante
Punitions:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: La famille c'est beau mais de loin [PV Rome]   Ven 16 Oct - 12:43

Les pieds de Lovina sentirent de nouveau la terre ferme sous eux. Enfin. Elle espérait juste que les gestes d'affection allaient en rester là. Mais ça ce n'en était pas certain en connaissant son grand-père.

" Bordel ? Ce n'est pas un joli mot dans la bouche d'une fillette aussi mignonne que toi! "

Pour l'italienne 'bordel' n'était encore qu'au premier niveau des insultes qu'elle connaissait. L'adulte la reprenait déjà pour cela alors qu'allait-il dire face à l'usage de termes bien moins châtiés ?

" J'dis encore c'que j'veux et j'dis bordel si j'en ai envie !"

Si Rome s'attendait à des retrouvailles toutes gentillettes mieux valait qu'il attende de tomber sur le futur représentant de la partie nord de la péninsule italienne qui, il est certain, lui aurait sauté au cou. Mais, avec l'aînée de ses petits enfants il s'agit d'une tout autre histoire. Déjà qu'elle était toujours affectée par la séparation de ses parents et le fait que son grand-père parte peu après n'avait rien arrangé.

" C'est compliqué, mon petit poussin. Ce sont des histoires d'adultes, pas très intéressantes pour les enfants. J'étais ici, à l'Académie. Avec des problèmes d'argent, un travail très ennuyant et très chronophage. "

Elle tiqua face au surnom qu'elle n'appréciait guère. Et puis, chronophage qu'est-ce que c'était que ce mot-là ? Lovina arqua un sourcil en tentant de comprendre ce mot si étrange. Elle s'apprêtait à demander la signification lorsque le romain reprit.

" Chronophage, ça veut dire que ça prend beaucoup de temps. Du temps que je n'ai pas put utiliser pour rentrer à la maison... "

Quelques secondes passèrent le temps qu'elle assimile les éléments de la fameuse réponse. Ses sourcils se froncèrent encore plus montrant que non, son explication ne la satisfaisait point. Selon elle, tout ceci n'expliquait pas son absence durant les cinq dernières années et surtout qu'il ne soit jamais revenu les voir au moins durant les fêtes.

" M'appelle pas petit poussin merde ! Pas le temps de rentrer à la maison ? Même pas pour une putain d'semaine ? Ou … ou ..deux trois jours y a toujours l'temps pour ça ! "

Au cas où, il y aurait eu des doutes qui subsistaient elle croisa les bras en tentant de se donner un air plus mature que celui d'une petite fille.

" Je vous ai envoyé des lettres et des petits cadeaux aussi, pour Noël et vos anniversaires! "

D'accord elle avait bel et bien reçue chaque année un cadeau pour Noël ainsi que pour son anniversaire. Au moins elle n'avait pas à se plaindre de ce coté-là. Ce fut surtout la non-présence de l'aïeul qui l'avait pendant tout ce temps le plus désappointée.

" Merci d'me rappelez ça comme si je l'ignorais hein j'te rappelle qu'on cause de trucs que j'ai eu merde ! "

Elle lui lança un regard lui préconisant de 'faire attention à ce qu'il comptait lui raconter' tout en appréhendant la suite de la conversation déjà mal parti. Entre l'étonnement et l'allégresse de Rome de la revoir et de son coté un mélange de soulagement de voir un visage familier dans cet endroit si étranger pour elle et d'animosité accumulée jusque maintenant.

" Et puis ce n'est pas parce que je n'étais pas là que je vous ai oublié et que je ne vous aime plus. Vous êtes ma famille et il n'y a rien de plus important pour moi. "

À cette phrase ses poings se serrèrent quelques instants avant qu'elle ne tente de reprendre son calme. Ou du moins d'avoir l'air moins crispée. Pour ce faire, l'italienne respira un grand coup avant de fixer le romain.

" Tch ! Ah ouais la famille c'est tellement important pour toi ! "

Le ton ironique dans sa voix trahissait le fait l'utilisation d'un moyen supplémentaire afin de se dissimuler derrière sa carapace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rome / Remus Vargas
Professeur d'Histoire
avatar


Carte étudiante
Punitions:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: La famille c'est beau mais de loin [PV Rome]   Mer 28 Oct - 14:26

« M'appelle pas petit poussin merde ! Pas le temps de rentrer à la maison ? Même pas pour une putain d'semaine ? Ou … ou ..deux trois jours y a toujours l'temps pour ça ! »

Il aurait pu répondre qu'eux aussi auraient pu se déplacer pour venir le voir, mais ce serait se comporter comme un enfant et Remus est un adulte responsable qui sait se tenir. Eh oui, même si ça semble surprenant, le romain n'est pas qu'un grand gamin et il sait agir comme un adulte digne de ce nom lorsque la situation le demande. Il fit donc un effort et ne répondit rien, laissant sa petite-fille s'exprimer. Elle avait l'air d'en avoir besoin.

« Merci d'me rappelez ça comme si je l'ignorais hein j'te rappelle qu'on cause de trucs que j'ai eu merde ! »

Merde, Bordel, le langage de l'italienne était déjà bien fleurit pour son âge. Dans d'autres circonstances, il aurait pu être très fier d'elle. Mais à part pour l'inscrire dans le Guinness Book, rubrique "la petite-fille la plus malpolie du monde", cela ne servirait absolument à rien de la féliciter pour son langage de charretier.

« Tch ! Ah ouais la famille c'est tellement important pour toi ! »

Il leva les yeux au ciel. Mais pourquoi ce n'était pas Feli devant lui ? Avec son adorable bouille, son sourire angélique, son cerveau fonctionnant à deux à l'heure et son petit "veee~" à faire fondre le coeur des plus terribles parrains de la mafia! Ce n'était pas qu'il n'était pas heureux de voir Lovina, c'était juste que c'était un peu plus compliqué d'avoir une conversation calme et posée avec elle.

« Bien sûr que c'est important, Lovina!! »

Il lui fallait une excuse, mais pas un truc trop gros. Lovina est une jeune fille intelligente et elle ne supporterait pas qu'on la prenne pour une idiote. C'est qu'elle a sa fierté, la petite! Le latin tenta donc de rester évasif, en croisant les doigts pour qu'elle n'insiste pas ou qu'elle ne pose pas de nouvelles questions délicates. Remus se connaissait très bien, et il savait qu'il était capable de se mélanger dans ses propres explications et de réduire à néant toutes ses tentatives pour calmer l'ouragan Lovina.

« Ecoute, ma petite princesse. Je sais que c'est dur à comprendre, que je passe pour le méchant dans cette histoire, mais ce n'est pas le cas. J'ai mes raisons, même si elles peuvent te paraître sombres et confuses pour le moment. Mais sache que j'ai fais ça pour vous. Et quelle que soit la distance, vous resterez toujours dans mon coeur. »

Il ponctua sa phrase en posant sa main sur son torse, au niveau du coeur. Le latin adorait les mises en scène théâtrales. Même si les tragédies avaient leur charme, il préférait de loin les comédies, les histoires drôles qui finissent bien. C'est pour cela qu'il voulu clore cet acte et passer à autre chose.

« Le voyage a été long depuis l'Italie, tu dois être fatiguée et c'est pour cela que tu es sur les nerfs, ma puce. Viens avec moi, je vais te conduire à ta chambre pour que tu poses tes affaires et t'aider avec tes papiers. On pourra même prendre une glace! »

Oui, c'est une basse technique pour détendre l'atmosphère et changer subtilement de sujet. Mais ce n'est pas comme s'il avait le choix. Un peu plus et elle se révolterait comme Spartacus. Et ni l'italienne, ni Remus n'avait envie que cette discussion se termine comme sur la Via Appia.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
South Italy/Lovina Vargas
High, Chambre 3
avatar


Carte étudiante
Punitions:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: La famille c'est beau mais de loin [PV Rome]   Mar 3 Nov - 13:30

" Bien sûr que c'est important, Lovina!! "

Toujours aussi suspicieuse, Lovina eu du mal à bien vouloir le croire bien qu'elle aurait voulu lui faire de nouveau confiance. Peut être qu'avec un peu de temps, elle parviendra à l'excuser et surtout à se confier à lui. Mais en attendant, la petiote n'en était pas encore prête.

Quant à son langage des plus fleuri, on pouvait imputer ça au fait d'avoir passer trop de temps avec des camarades ayant le même. En plus d'une légère rébellion contre l'autorité parentale.

" J'vois pas en quoi mais bon "

Autant qu’elle exprime ce qu’elle avait sur le cœur au lieu d’enfuir encore plus tous sentiments négatifs qui finirait par la ronger petit à petit jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus tenir et se laisse aller à hurler sur n’importe qui. En d’autres termes, mieux valait empêcher la tornade Lovina de s’énerver de trop. Elle reprit une grande inspiration afin de se calmer un tant soit peu avant de commettre l'irréparable.

" Ecoute, ma petite princesse. Je sais que c'est dur à comprendre, que je passe pour le méchant dans cette histoire, mais ce n'est pas le cas. J'ai mes raisons, même si elles peuvent te paraître sombres et confuses pour le moment. Mais sache que j'ai fais ça pour vous. Et quelle que soit la distance, vous resterez toujours dans mon cœur. "

Son grand-père le méchant ? En partie oui. Mais pour elle le méchant restait son père, Guiseppe De Luca. Plus jeune, elle se vantait devant les autres du couple uni que formait ses parents. Enfin, cela cessa net lorsqu'elle apprit les multiples infidélités commises par son géniteur. Depuis, elle s'était fait une carapace afin de ne plus être ni déçue, ni blessée par quelqu'un d'autre.

" Déjà m'appelle pas comme ça, j'suis pas une petite princesse ! Et bien sur, t'as foutu ça pour nous ... "

Était-ce nécessaire de spécifier qu'elle avait de nouveau gonflé les joues pour démontrer son mécontentement face au petit nom affectif? Comment faire comprendre qu'elle détestait ce type de surnom ? Fallait-il qu'elle porte un t-shirt le clamant ? Si cela marchait, elle le ferait sans la moindre hésitation.

" Le voyage a été long depuis l'Italie, tu dois être fatiguée et c'est pour cela que tu es sur les nerfs, ma puce. Viens avec moi, je vais te conduire à ta chambre pour que tu poses tes affaires et t'aider avec tes papiers. On pourra même prendre une glace! "

La simple évocation d'une glace fit tilt dans l'esprit de la jeune. Elle hocha rapidement la tête pour donner son accord. Apres tout, qui refuserait une glace ? Sauf qu'il fallait se rendre à l'évidence pour l'instant, elle avait encore des choses à faire avant de probablement être libre. Déjà, il fallait qu'elle lui fasse bien comprendre qu'elle était en forme.

" J'suis pas fatiguée merde !"

En fait, si et pas qu'un peu. Il faut dire que plus de 12h de vol finissait par exaspérer n'importe qui. D'autant plus si après on cherchant une pièce dans un lieu inconnu, sans y parvenir. Sans laisser le temps à son aïeul de donner une réponse, elle reprit.

" J'voudrais bien y aller à ma chambre sauf que j'sais pas où elle est p.... pis ... j'dois encore trouver c'fichu Dirlo"

Comme pour lui prouver sa bonne foi, elle lui tendit la lettre qu'elle reçue quelques jours auparavant, la sommant de venir à l'Académie. Surtout, lui indiquant de passer au bureau du directeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rome / Remus Vargas
Professeur d'Histoire
avatar


Carte étudiante
Punitions:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: La famille c'est beau mais de loin [PV Rome]   Ven 15 Jan - 18:51

« J'vois pas en quoi mais bon

-Nous sommes du même sang, c'est inscrit au plus profond de nos gènes! C'est bien joli d'avoir des amis, des amoureux, mais la famille est au-dessus de cela. Elle sera toujours là pour soutenir ces membres, comme je le fais avec toi ou ta mère. »

Sauf si vous vous appelez Néron est que vous décidez de faire tuer votre mère qui est un peu trop présente dans votre vie ou si vous vous appelez Romulus et que vous avez un frère qui s'amuse à dépasser les limites de votre future cité... Mais bref. Il fallait bien trouver une tirade mélodramatique pour tenter de faire fondre ce petit cœur italien et accessoirement la convaincre de l'importance de la famille.

Le professeur soupira un peu. Il manquait cruellement une présence masculine et paternelle dans la vie de la petite Lovina et ce n'était certainement pas son géniteur qui allait remplir ce rôle... Mais dans sa grande générosité, papi acceptait de s'occuper de son petit poussin duveteux ♥ et puis ça lui faisait plaisir.

« Déjà m'appelle pas comme ça, j'suis pas une petite princesse ! Et bien sur, t'as foutu ça pour nous ...

-Oui. Pour vous. Je t'expliquerais tout cela quand tu seras plus grande, je te le promets. » Il marqua une pause, avant d'ajouter avec un léger sourire « Et bien sûr que tu es une princesse. Tu es la princesse de mon coeur! »

Avec en prime, un sourire dégoulinant de guimauve, la main sur le coeur et tout le tralala. Parce qu'il peut être très niais le romain, surtout quand il s'agit de sa fille ou de sa petite-fille. La mère avait le doit à ce genre de surnom mielleux à souhait de la part de son papa-poule, la fille est logée à la même enseigne. Pas de jalouses!

« J'suis pas fatiguée merde ! 

-D'accord, ma puce, tu n'es pas fatiguée. »

Règle d'or numéro 1 de survie en territoire latin: "ne jamais, ô grand jamais contredire les fous". C'était ce que le romain avait appris après plusieurs sessions HARP à côtoyer Néron et Caligula. De chics types. Lovina n'était pas folle, loin de là. Mais son grand-père la connaissait mieux que quiconque dans cette académie -le fait qu'elle soit nouvelle aidant beaucoup- et il voyait bien que la petite était fatiguée, donc encore plus irritable que d'habitude. Donc: ne pas la contrarier et/ou la contredire.

« J'voudrais bien y aller à ma chambre sauf que j'sais pas où elle est p.... pis ... j'dois encore trouver c'fichu Dirlo »

L'italienne lui tendit la fameuse lettre et le romain l'attrapa avant de la parcourir rapidement du regard. Les formules n'avaient pas changées, toujours le même blabla assommant rabâché en boucle aux nouveaux élèves. Des années plutôt, Remus avait reçu la même lettre, mot pour mot exeptée la date et son prénom. Il se dit que l'Académie ne faisait pas preuve d'originalité et qu'il en toucherait un mot au directeur.

« Le directeur ? Oh!  Mais je sais où il est, moi!» s'exclama le latin en souriant, même s'il était évident qu'avec son statut de professeur et d'ancien élève, qu'il connaisse le directeur. Et surtout son bureau. Quand on est un élève aussi turbulent que l'était Rome, c'est plutôt logique après tout. «Allez, viens Lovina. On va y aller ensemble, il ne t'embêtera pas trop comme ça! »

Il tendit sa main à l'italienne, espérant qu'elle ne lui jetterait pas un vent monumental en refusant de lui prendre. Il ouvrit la bouche, prêt à raconter des terribles histoires sur le directeur, mais il se ravisa, jugeant qu'il n'était pas nécessaire de traumatiser de suite l'italienne. Elle apprendrait avec le temps que le monstre sous son lit, ce n'est rien face à terrible directeur... Et il va aussi éviter de lui parler du psychologue scolaire. Et du fantôme du dortoir des filles. Et de Germania.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
South Italy/Lovina Vargas
High, Chambre 3
avatar


Carte étudiante
Punitions:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: La famille c'est beau mais de loin [PV Rome]   Sam 13 Fév - 21:30

" Nous sommes du même sang, c'est inscrit au plus profond de nos gènes! C'est bien joli d'avoir des amis, des amoureux, mais la famille est au-dessus de cela. Elle sera toujours là pour soutenir ces membres, comme je le fais avec toi ou ta mère. "

Des amis, oui elle comptait s'en refaire. Des amoureux ... ah non ça elle ne faisait pas partie de ses projets dans l’immédiat même si cela allait lui tomber dessus dans peu de temps et ce sans qu’elle ne s’y attende. Et ce n'est pas vraiment la personne à qui tout le monde, donc non ce n'est pas l'espagnol. En effet, elle allait quelques mois plus tard avoir un coup de foudre non réciproque et qu'elle gardera secret.

" Pfff mouais merci j'le sais la famille c'est important ! Tu pourrais p't être sortir ça à mon paternel ça lui ferais probablement du bien une piqûre de rappel sur le sujet ! "

" Oui. Pour vous. Je t'expliquerais tout cela quand tu seras plus grande, je te le promets. Et bien sûr que tu es une princesse. Tu es la princesse de mon cœur! "

Lovina tiqua de nouveau au surnom. Vraiment cette manie ne plus plaisait guère. Au moins il y avait un point positif dans tout cela, il s'agissait de son grand-père et non d'un inconnu qui se met à lui donner des surnoms à tout bout de champs.

" Mouais … mouais tu parles ! Et j'le redis j'suis pas une fichue princesse ! "

Restait à espérer que cette fois-ci elle avait bien mis les points sur les i afin qu'il n'emploi plus ce qualificatif. Ou du moins plus devant elle.

" D'accord, ma puce, tu n'es pas fatiguée. "

Et un n-ième surnom à rajouter à la liste. Bon au moins celui-ci était passable, selon les critères de l'italienne. Pourtant, elle laissa apparaître une grimace sur son visage pour faire croire qu'elle le désapprouvait comme tous les autres jusqu'ici.

" Bien sûr que j'suis pas crevée merde !  "

Elle bailla, chose qui dénotait fortement de son affirmation précédente. Lovina passa l'une de ses mains devant sa bouche en espérant que l'adulte n'allait pas remarquer son signe de fatigue et surtout qu'il ne fasse pas de commentaires là-dessus.

Il ne lui restait plus qu'une chose à faire, en principe durant sa journée: voir le directeur. Et le plus vite possible.

" Le directeur ? Oh! Mais je sais où il est, moi! "

Heureusement qu'il savait où se trouvait l'insaisissable bureau du directeur sinon elle aurait eu de quoi s'inquiéter. Il faut dire que Rome avait déjà été dans cet établissement lorsque ce dernier avait été plus jeune et elle n'ignorait pas ce détail.

" Nan sans blague tu sais où c'est j'aurai jamais cru ça bordel ! "

La voix toujours empreint d'un certain sarcasme que l'italienne avait dû adopter il y avait plusieurs années de cela. Et elle avait eu de quoi s’entraîner à devenir ironique en prenant ses cadets comme cobayes.


" Allez, viens Lovina. On va y aller ensemble, il ne t'embêtera pas trop comme ça! "

Elle était bien obligée d'accepter son aide après tout, elle avait réussi à se perdre dans ce qui ressemblait fort à un labyrinthe sans fin. Le fait qu'elle était nouvelle n'aidait en rien. Elle resserra sa poigne sur ses valises, prête à les tirer de nouveau. Le point positif restait le fait qu'elles possédaient des roulettes qui évitaient de devoir les porter au moindre déplacement.

" Façon il a pas intérêt à m'faire chier merde "

Un bâillement s'échappa de ses lèvres alors qu'ils avançaient vers le fameux bureau. Et si Rome peut très bien lui parler de toutes ses histoires terrifiantes. Certes elle les apprendra bien en temps et en heures, mais cela l'incitera certainement de continuer de rester sur ses gardes.

Sa journée n'était pas encore terminée. Elle devait encore avoir l'entretien avec le directeur puis aller à la chambre qui lui avait été attribuée et ensuite, elle pourrait enfin se laisser tomber sur le lit afin de prendre un somme bien mérité. Et ce sans se préoccuper de ses éventuelles camarades de chambre présentes.

Pourtant, une chose la turlupinait encore: la raison de la présence de Rome dans l'établissement. Certes, elle avait pu avoir un semblant d'explication de son départ il y avait plusieurs années de cela, mais pourquoi diable fallait il qu'il soit présent à l'académie ? Était-ce une obligation qu'un membre de la famille soit présent lors de l'arrivé d'un élève ? Il n'y avait qu'un moyen de le savoir, le demander.

" Pis … tu fous quoi ici hein ?! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rome / Remus Vargas
Professeur d'Histoire
avatar


Carte étudiante
Punitions:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: La famille c'est beau mais de loin [PV Rome]   Sam 5 Mar - 13:50

« Pfff mouais merci j'le sais la famille c'est important ! Tu pourrais p't être sortir ça à mon paternel ça lui ferais probablement du bien une piqûre de rappel sur le sujet ! »

Le latin fronça légèrement les sourcils à la mention de ce fameux gendre qui avait laissé tombé sa fille comme une vieille chaussette trouée. En bon papa poule, il s'était toujours plus ou moins méfié des hommes qui tournait autour de sa fille et quand Guiseppe était parti, Rome avait rajouté son nom sur sa liste de personne à abattre.

« Il vaut mieux pour lui qu'il ne croise jamais ma route, celui-la. »

Le ton était calme, peut être trop, mais sous entendait que Remus connaissait toutes sortes de techniques de tortures et qu'il comptait bien les essayer sur le paternel. Cet événement avait accentué le côté protecteur du latin et il s'était juré qu'aucun homme -ou femme- ne ferait plus jamais de mal à sa descendance, fille, petite-filles ou que sais-je encore.

« Mouais … mouais tu parles ! Et j'le redis j'suis pas une fichue princesse ! »

Un fin sourire vint éclairer le visage du latin et lui redonner cette expression joyeuse et insouciante. Cela ne servait à rien d'insister, même s'il pensait très fort que oui, elle était une princesse. Sa princesse. Et cela devait ce voir sur son air de papy-gâteau. Il n'était pas prêt, et ne le sera sans doute jamais, à la voir prendre son envol.

« Bien sûr que j'suis pas crevée merde !  »

Il étouffa un petit rire. Les paroles de sa petite princesse ne collaient pas  à ses gestes et donnaient à la scène une petite tournure comique. Le romain fit quand même attention à retenir son rire. Il ne voulait pas que l'italienne pense qu'il se moquait d'elle. C'était tout le contraire en plus.

« Nan sans blague tu sais où c'est j'aurai jamais cru ça bordel ! »

Le latin nota que son poussin était très douée avec le sarcasme. Il eut une petite pensée pour les deux autres à la maison, qui devaient certainement lui servir de défouloir. Il ne répondit rien, mais au fond, il espérait que Lovina réussisse à briser cette carapace qu'elle avait créé autour d'elle, sans doute pour se protéger après le départ de son père. Il savait que c'était une fille au grand cœur. Une jolie fleur prête à éclore.

« Façon il a pas intérêt à m'faire chier merde

- Il ne fera rien, je suis là pour te protéger, ma puce »


Ponctuant sa phrase d'un clin d’œil complice, il se mit à guider la petite dans les longs couloirs de l'Académie. A cet instant, il ne pu s'empêcher de penser à sa propre arrivée. Lui avait été tout seul. Personne n'avait été là pour l'accueillir, le rassurer ou lui proposer une glace et il avait dû se débrouiller comme un grand dans cette immense école. Il était bien content d'être là pour Lovina, elle ne connaîtrait pas la même chose que lui.

La voyant traîner sa valise, il attrapa la poignée sans plus d'explication et la transporta à sa place. Il n'avait pas pris la peine de lui proposer son aide, elle aurait répliqué un "je peux le faire toute seule, je suis grande, merde!" et le latin aurait insisté jusqu'à ce qu'elle accepte. De toutes façons, une question trottait dans la tête de l'italienne et elle ne tarda pas à lui poser.

« Pis … tu fous quoi ici hein ?!

- Je suis professeur. » Il avait répondu comme si cela était évident. Puis il ajouta. « Professeur d'Histoire, bien sûr. J'aurais préféré me concentrer sur la période antique ou mieux encore, être professeur de stratégie militaire! J'étais tellement bon dans cette matière! »

Avançant aux côtés de Lovina, il continua son petit blabla.

« Le directeur te l'expliquera sans doute bien mieux que moi, mais je suis aussi là pour vous aider dans votre apprentissage. Pour les cours, mais aussi pour vous accompagner, vous soutenir. Tu ne le sais peut être pas, mais je suis déjà venu étudier ici lorsque j'étais plus jeune. Toi, tu vas représenter notre belle Italie du Sud! Tandis que moi, je suis l'Empire Romain. »

Une petite lueur brillait dans les yeux du latin lorsqu'il prononça ces derniers mots. Qu'est-ce qu'il était fier d'être cette puissante nation, cette minuscule cité qui a réussi à conquérir et unifier le bassin méditerranéen! Et cela le rendait encore plus fier de voir que ces petits-enfants allaient être l'Italie, ses descendants et ses héritiers. Il ne put s'empêcher d'exprimer tout haut ses pensées.

«  Et avec un peu de chance, tes cadets viendront eux aussi dans cette école! On sera tous réuni ♥ »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
South Italy/Lovina Vargas
High, Chambre 3
avatar


Carte étudiante
Punitions:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: La famille c'est beau mais de loin [PV Rome]   Jeu 10 Mar - 17:15

" Il vaut mieux pour lui qu'il ne croise jamais ma route, celui-là. "

Le calme de son aïeul l'étonna un peu, mais pas le sous-entendu dans sa phrase. Elle pouvait comprendre, après tout le cas de son père était un sujet tabou dans la famille. Même pour Lovina. Plus jeune, elle avait longtemps attendu qu'il revienne à la maison avant de finir par laisser tomber l'idée que Guiseppe qu'elle avait admiré ne retourne au domicile familiale. Petit à petit cet amour s'était transformé en une haine viscérale.

" Bah si tu devais lui foutre un truc t'aurais dû l'faire quand il s'est cassé ! "

À savoir si cela n'allait pas se faire un jour ou l'autre et surtout lequel des deux allait réparer l'offense faite à la famille.

" Il ne fera rien, je suis là pour te protéger, ma puce "

Le côté surprotecteur de son grand-père se faisait de plus en plus sentir. Bien que cela la rassurait quelque part d'avoir un visage familier dans ce lieux inconnus elle aurait bien aimé avoir droit à une arrivée tranquille. Dans un murmure elle fini par laisser s'échapper.

" J'finis par l'savoir à force "

Sa valise qu'elle traînait derrière elle lui fut rapidement ravie. Ce geste la fit sortir de ses pensées. Elle aurait bien protesté, dit qu'elle était assez grande maintenant pour la porter si autre chose ne la tracassait pas. Pourtant, dans le fond elle n'en était pas vraiment mécontente.

" Je suis professeur. Professeur d'Histoire, bien sûr. J'aurais préféré me concentrer sur la période antique ou mieux encore, être professeur de stratégie militaire! J'étais tellement bon dans cette matière! "

Lovina le fixa les yeux grands ouverts. Non ça devait être une blague ou mieux une caméra cachée. Son grand-père, professeur ? Et d'Histoire en plus. S'il avait été de sports voir d'éducation sexuelle elle aurait comprit vu les souvenirs qu'elle avait du côté dragueur de celui-ci.

" Ok ... c'est une fichue blague ou c'est qu'ils sont vraiment fauchés dans c't école pour prendre n'importe qui comme prof ?"

Tentant de se souvenir du contenu de la lettre, un détail lui revint en tête, elle devait représenter un pays. Alors, les professeurs aussi ? Si c'était le cas, quelle nation devrait représenter son grand-père ? Surtout qui voudrait de lui comme représentant ?

" Le directeur te l'expliquera sans doute bien mieux que moi, mais je suis aussi là pour vous aider dans votre apprentissage. Pour les cours, mais aussi pour vous accompagner, vous soutenir. Tu ne le sais peut être pas, mais je suis déjà venu étudier ici lorsque j'étais plus jeune. Toi, tu vas représenter notre belle Italie du Sud! Tandis que moi, je suis l'Empire Romain. "

Elle avait le souvenir d'avoir déjà entendu sa mère le surnommer 'Rome' ou comme on disait en italien, 'Roma' mais elle avait mis cela sur le compte de son prénom qui était celui de l'un des fondateurs présumés de la ville éternelle.

" L'Empire Romain hein ? Et t'as un frangin qui s'appelle Romulus aussi ? "

Elle n'allait certainement pas manquer l'occasion pour faire un brin d’ironie vu ce qu'elle venait d'apprendre. Pourtant, une chose ne paraissait pas vraiment claire dans son esprit. Elle devait représenter l'Italie du Sud. Pourquoi 'du Sud' ? L'Italie était un pays unifié depuis déjà 146 ans alors d'où venait cette nécessité de distinguer le nord du sud ?

" T'peux m'expliquer pourquoi j'devrais être que l'Italie du Sud et pas toute l'Italie hein ? Et ça serait qui alors le Nord ? Encore un boulet de plus que j'devrais m'coltiner ? "

On ne pouvait pas dire qu'elle avait entièrement tord. Elle ignorait encore qu'il allait s'agir de l'un de ses cadets. Et bon il n’allait pas être le seul au sein de l’établissement à lui donner du fil à retordre.

" Et avec un peu de chance, tes cadets viendront eux aussi dans cette école! On sera tous réuni ♥ "

Lovina aurait bien pu argumenter sur le fait que non, ils ne seraient pas tous réunis puisqu'il manquerait toujours quelqu'un. Ce quelqu'un n'était autre que Guiseppe De Luca. Secouant la tête pour vite oublier ce constat.

" Oh génial quand on parle seulement de boulets à devoir s'occuper qu't'en mentionne d'autres "

Que l'on ne se méprend pas, la sud italienne adore ses cadets. Elle reprochait juste à Feli sa naïveté à qui poussait son cadet à faire confiance à n'importe qui. Quant à Seb, disons qu'elle le voyait encore comme un bébé. Elle n'était pas contre leurs présences à l'Académie, mais si on suivait cette hypothèse, cela signifiait que toute sa famille avait ou allait étudier ici, sa mère y comprit.

" Et mamma aussi a été ici ? Et elle est quoi alors au juste hein ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La famille c'est beau mais de loin [PV Rome]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La famille c'est beau mais de loin [PV Rome]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [pv Emma + libre] Il fait beau, il fait chaud, mais le vent souffle.
» Il fait beau, mais toujours trop chaud. [Fin]
» Brutalité et délicatesse [PV Chiya]
» Un insecte
» Neige Noire | C'est beau, mais sombre.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AcadéMixte Hetalia :: Sur l'île :: Chroniques des Temps Anciens :: Chroniques des Temps Anciens-
Sauter vers: